Site icon hybrid e:HO!?

Essai Mustang Mach-E AWD

J’ai eu l’occasion de tester une Mustang Mach-E, voici mes impressions (sans prétention, ça n’engage que moi, simple utilisateur et pas journaliste spécialisé). Je ne vais pas rentrer dans le débat « Mustang ou pas Mustang » que je trouve débile au fond, qu’importe…

En statique d’abord, j’ai été assez séduit par la ligne aux courbes

généreusement sculptées de mon modèle AWD full option d’un magnifique rouge métallisé, avec de jolie jantes bi-ton (seulement 19 pouces mais c’est bon pour la consommation, j’y reviendrai…). C’est une ligne qui fait tourner les têtes, la voiture en impose, nous l’avons constaté à de nombreuses reprises, on ressent la filiation Mustang, et il est à noter que la marque Ford n’apparaît nulle part…

A l’intérieur c’est aussi une bonne surprise, la finition cuir avec surpiqures rouges est très jolie. Le petit volant est pas mal du tout, bonne prise en main. La qualité de finition est  bonne, l’intérieur fait relativement premium, y compris à l’arrière où la finition des portières est identique à celle de l’avant (cela devient hélas rare), mais les assemblages ne sont pas parfaits. L’espace à l’arrière est bon pour 3 personnes, comme dans pas mal de VE, et les assises sont confortables et longues. A l’avant le soutien latéral est bon mais je trouvais les maintiens latéraux un peu trop proches (manque de largeur pour le dos). Le coffre arrière est de bonne capacité et permet d’accueillir des chiens sans soucis, et le coffre avant est très grand et peut vraiment contenir autre chose que des câbles de recharge. Alors il y a évidemment cette tablette massive de 15 pouces, avec laquelle tout se fait ou presque. Personnellement pense que je m’y ferais mais ce n’est certainement pas plus pratique que des boutons physiques, par ex. pour régler la température. Pour la radio il y a un bouton rotatif qui fait vraiment très cheap au toucher. Devant le conducteur, un petit écran affiche les infos essentielles de façon claire mais sans inspiration sur le design, et qui plus est, il semblait y avoir un bug d’affichage : pour ma part je préfère quand même un affichage plus élaboré, plus grand et plus personnalisable face conducteur. Pas d’affichage tête haute disponible, un peu étonnant en 2022… Bon point pour la barre de son Bang and Olufsen, le son est top. Le GPS a un graphisme assez simple, je n’ai pas vu de possibilité d’avoir des cartes satellites, si ce n’est avec Carplay/Android auto qui fonctionne sans fil s’il vous plait. Notons la présence d’un éclairage d’ambiance assez discret, variant en fonction du mode de conduite, loin du style ‘boîte de nuit’ de chez Mercedes.

 

Sur la route, on démarre en silence et en douceur en mode normal, c’est calme et zen comme pour tout véhicule électrique, et si on enfonce la pédale, eh bien ça pousse ! Les 351 CV sont bien là, on est plus proche d’un AMG que d’un SUV diesel côté accélération. Le premier rond point, pris peut-être avec un excès d’enthousiasme, me rappelle que le Mach-E est un gros SUV, malgré les batteries, il y a du roulis et un peu de sous-virage, ce serait peut-être un peu mieux avec la version propulsion qui a moins de poids sur le train avant. Le confort acoustique et de suspension est bon. En testant à rythme soutenu sur petite route sinueuse, le bestiau est certes typé dynamique mais il n’est pas parmi les meilleurs non plus, semblant bizarrement assez trépidant et instable du train arrière, donc le Mach-E se montre plus agréable en conduite calme et moyennement dynamique que pour l’attaque. Rien à signaler sur le freinage qui m’a semblé correct, par contre le mode une pédale (régénération max) n’offre pas un frein moteur aussi puissant que sur d’autres modèles, il faut quand même s’aider de la pédale de frein au final. Les aides à la conduites fonctionnement bien mais la détection de collision est un peu trop froussarde, elle crie trop vite au loup.

Le gros point positif de mon essai, c’est la consommation, en ayant roulé assez fort (test oblige), je m’en sors avec une moyenne de 17 kWh, vraiment peu pour un SUV de 350 CV, d’autant qu’il faisait environ 4-5 °C. Et donc cela donnerait une autonomie réelle de plus de 500 km.

 

Au niveau recharge, le maximum en courant continu est de 150 kW, ce qui n’a rien de mirobolant, mais il faut relativiser, on n’atteint presque jamais en pratique ces valeurs théoriques.

En résumé c’est une voiture attachante, qui a une « gueule », à vocation familiale, ici toute la famille l’a trouvée très jolie. Le prix est hélas au niveau premium, au-dessus de ses concurrentes directes que sont la Model Y et l’EV6, et qui plus est, sans remise pour l’instant (il vaudrait mieux ne pas copier Tesla pour certains points) !

Quitter la version mobile